Logistique inverse : un maillon essentiel du développement durable

Auteurs

DOI :

https://doi.org/10.53102/2007.26.02.724

Mots-clés :

Logistique inverse, Développement durable, Chaîne Logistique, Supply Chain Management

Résumé

En logistique classique (« directe »), les flux matières partent des sous-traitants les plus en amont, passent par des unités de transformation et de stockage pour aboutir sous forme de produit fini chez le client final. La logistique inverse s'intéresse pour sa part aux flux connexes générés par les activités logistiques directes (gestion des déchets, des emballages, des retours ...) et aux flux survenant chez le client, au-delà de la mise à disposition initiale (flux d'usage et de fin de vie). Ces flux inverses ont toujours été présents. Ils étaient vus comme un mal nécessaire dont le coût, qui plus est, n'était que faiblement supporté par les entreprises. Depuis quelques années, cet aspect des choses change notablement :leur poids économique est en croissance continuelle et les nouvelles réglementations tendent à reporter sur les producteurs les coûts environnementaux supportés jusqu'alors par la collectivité. La logistique inverse cherche à valoriser les flux inverses sous forme économique, énergétique ou sociétale. Elle s'inscrit dans la problématique plus large du développement durable dont elle constitue un maillon essentiel .

Dans ce papier, nous proposons de développer dans un premier  temps  les concepts généraux liés à la logistique inverse. Nous discuterons, dans  un  deuxième temps, les causes de l'engouement actuel sur les problématiques de logistique inverse. Nous aborderons dans un troisième temps, les principaux processus et flux de la logistique inverse. Nous développerons dans un quatrième temps les enjeux et bénéfices de la logistique inverse. Dans un cinquième temps, nous tenterons de cerner les similitudes et spécificités de la logistique inverse par rapport à la gestion des chaînes logistiques classiques. Enfin, nous présenterons, dans un sixième temps, le cas de l'union européenne. Ceux-ci permettent d'envisager ce que pourrait devenir à terme une gestion logistique  globale  incluant logistiques  directe et inverse.

Références

(Beaulieu, 2000) : M. Beaulieu, « Définir et maîtriser la complexité des réseaux de logistique à rebours », Actes des Troisièmes Rencontres Internationales de la Recherche en Logistique, Trois-Rivières, Canada, 20 p., mai 2000

(Bruntland, 1987) : G. Bruntland, « Our common future: the world commision of environment and development », Oxford University Press, 1987

(Caldwell, 1999) : B. Caldwell, « Reverse Logistics - Untapped opportunities exist in returned products, a sicle of logistics few businesses have thought about-until now », Information Week, Vol. 729, pp. 48-56, 1999

(Carley et Christie, 2000) : M. Carley., I. Christie, « Managing sustainable development », Earthscan Publications Ldt, London and Sterling, 2000

(Chouinard et al., 2005) : M. Chouinard, S. D'Amours, O. Aït-Kadi, « Integration of reverse logistics activities within supply chain information system », Computers in Industry, Vol. 56, pp. 105 - 124, 2005

(Chouinard, 2003) : M. Chouinard, « Système organisationnel et architecture d'un support d'information pour l'intégration des activités de logistique inversée au sein d'un centre de réadaptation », Mémoire de maîtrise, Université de Laval - Québec -Canada, 2003

(Dupont, 2003) : L. Dupont, « Logistique inverse ,,reverse logistics" : fondements et concepts », Solutions pratiques : Logistique et Supply Chain, Editions WEKA, Part. 1, pp.1- 14, 2003

(Fleishmann et al., 1997) : M. Fleishmann, J.M. Bloemhof-Ruwaard, R.V.D. Dekker, J .A.E. Van Nunen,

L.N. Van Wassenhove, « Quantitative models for reverse logistics: a review », European Journal of Operation Research, Vol. 103, pp. 1-17, 1997

(Fleishmann, 2001) : M. Fleishmann, « Quantitative models for reverse logistics », Springer Verlag, New York, 2001

(Giuntuni et Andel, 1995) : R. Giuntini, T. Andel, « Master the six R's of reverse logistics - part 2 », Transportation and Distribution , Vol 36., pp. 93-98, 1995

(Guide et al., 2000) : V.D.R. Guide, V. Jayaraman, R. Srivastava, W.C. Benton, « Supply chain management for recoverable manufacturing systems », Interfaces, Vol. 30, pp. 156-165, 2000

(Lambert et Riopel, 2005) : S. Lambert, D. Riopel, « Cadre conceptuel pour un système de logistique inverse », 6ème Congrès international de Génie Industriel, Besançon, juin 2005

(Lau et al., 2004) : H.C.W. Lau, C.K.M. Lee, K.L. Chay, W.H. Ip, F.T.S. Chan, R.W.L. Ip, « Implementation of logistics information system to support reverse logistics: a case study », International Journal of Logistics Systems and Management, Vol. 1, pp.1126126, 2004

(Pourmohammadi, 2003) : H. Pourmohammadi, « Regional Industrial Waste materials and by-products exchange network optimization », INFORMS, Atlanta -USA, 2003

(Rogers et Tibben-Lembke, 1998) : O.S. Rogers, R.S. Tibben-Lembke, « Going backwards ; reverse logistics trends and practices », Reverse Logistics Executive Council, Reno, USA, 1998

(Rogers et Tibben-Lembke, 2001) : O.S. Rogers, R.S. Tibben-Lembke, « An overview of reverse logistics practices », Journal of Business Logistics, Vol. 22, 2001

(Thierry et al., 1995) : M. Thierry, M. Salomon, J. Van Nunen, L.N. Van Wassenhove, « Strategic issues in product recovery management », California Management Review, Vol. 37, pp. 114-135, 1995

(Tibben-Lembke et Rogers, 2002) : R.S. Tibben-Lembke, O.S. Rogers, « Differences between forward and reverse logistics in a retail environment », International Journal of Supply Chain Management, Vol. 7, pp. 271-282, 2002

Téléchargements

Publiée

01-06-2007

Comment citer

Dupont, L., & Lauras, M. (2007). Logistique inverse : un maillon essentiel du développement durable. Revue Française De Gestion Industrielle, 26(2), 5–36. https://doi.org/10.53102/2007.26.02.724

Rubrique

Article

Statistiques

Vues: 143
Téléchargements: 96